Un passionné de trains motivant

Ce n’est pas tous les jours que j’ai la chance d’alimenter cette partie de mon blog et pourtant, je suis entourée de gens passionnés, qui consacrent plusieurs heures par semaine à leurs activités de prédilection. Aujourd’hui, je vous propose l’interview d’un passionné de trains, qui possède un réseau miniature principal et un autre plus petit, éblouissants tant d’un point de vue technique qu’esthétique.

Quel temps consacres-tu au train par semaine ?

Une vingtaine d’heures.

Pourquoi cette activité ? Qu’est-ce que cela t’apporte ?

Cela me permet de créer un monde à moi et que je contrôle. Enfin, pas toujours…

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus : le côté technique ou le caractère esthétique du réseau de train ?

Ni l’un ni l’autre, j’aime voir rouler les trains et leurs longues rames de voitures ou wagons, l’esthétique est là pour donner du réalisme et la technique est indispensable pour pouvoir intervenir en cas de problème.

Comment te motives-tu pour travailler sur ton réseau de trains ? Rencontres-tu des difficultés en particulier ?

Je ne « travaille » pas sur mon réseau, c’est un hobby et je n’ai donc pas besoin de me motiver. Les problèmes techniques sont les plus complexes à régler.

Es-tu parfois découragé par la pratique de cette activité ? T’est-il arrivé d’avoir envie d’abandonner ? Des gens ont-ils déjà cherché à te démotiver ?

Non jamais et personne ne parviendrait à me démotiver, ça fait 65 ans que je pratique ce hobby.

Fais-tu partie d’un réseau de passionnés ? Lis-tu des livres en rapport avec les trains ?

Non, je ne fais pas partie d’un club, je suis plutôt solitaire et oui je lis des revues en rapport avec ce hobby : la revue française RMF, les magazines belge Train Miniature Magazine et allemand Einsenbahn Modellbahn Magazine.

Quel conseil donnerais-tu aux gens qui voudraient construire un réseau de trains ?

Le modélisme ferroviaire est une occupation bien plus complexe qu’il n’y parait. Il y a différents systèmes, différentes échelles, différents écartements… Donc le premier conseil : se renseigner sur les sites internet, les blogs, les revues en la matière, visiter des clubs, accumuler le maximum d’information. Et ne pas vouloir créer d’emblée un grand réseau complexe comme on en voit dans les revues.

Quel type de cours recommandes-tu ? Quel matériel ? Quelles habitudes d’apprentissage ?

Je ne connais pas de cous en la matière. Pour le reste, je ne ferai aucune recommandation. Comme dans beaucoup de disciplines, il y a plusieurs chapelles qui sont facilement prêtes à s’étriper. Il faut donc rester sur ses gardes. En Belgique par exemple, la marque Märklin a une très grosse part du marché et on trouvera donc de nombreux adeptes de ce système. L’important est de démarrer du bon pied, ce n’est pas la même chose si vous voulez faire du train de jardin ou si vous n’avez qu’une petite pièce à y consacrer. Choisissez un système, achetez une boite de départ (de préférence chez un détaillant qui pourra vous aider si nécessaire), et commencez à faire vos armes et si vous accrochez, persévérez, ça en vaut la peine.

N’oubliez jamais que le modélisme ferroviaire n’est pas un hobby bon marché !

Mais quand on aime on ne compte pas ! On peut bien sûr commander sur les sites d’enchères mais là aussi une prudence de sioux s’impose.

Penses-tu accorder encore plus de temps aux trains à l’avenir ? As-tu des souhaits pour la suite ?

Non, mon réseau est à maturité. J’achète encore certaines nouveautés de locomotives ou wagons qui me plaisent et qui paraissent aux différentes foires du jouet.