Une violoniste motivante

Une violoniste motivante

Bonjour tout le monde ! ça fait très longtemps que j’espère vous présenter une nouvelle personne inspirante sur le blog. Après avoir interrogé un brickfilmeur, je me suis tournée vers une musicienne, ma cousine, pour connaître ses aspirations ainsi que ses astuces pour se motiver. Eh bien j’ai été ravie de découvrir ses réponses à mes questions, qui m’ont donné l’impression de mieux la connaître 🙂

Quelle est ta boisson préférée ? En quelle quantité par jour ?

Le chocolat chaud. Je peux en boire 50 Cl par jour.

En bois-tu pour te motiver à travailler ?

Pas du tout, j’en bois parce que c’est bon, parce que j’en ai envie et pour me détendre.  

Quel temps consacres-tu au violon par semaine ?

Étant en académie, ayant 12 ans de musique derrière moi et étant aussi aux études, j’essaye de jouer au moins une heure par jour. Donc 7h par semaine.

Pourquoi cet instrument, pourquoi la musique ? Qu’est-ce que cela t’apporte ?

À 8 ans j’ai voulu avoir une activité. Ma chère cousine qui venait d’acquérir une guitare plus ou moins à la même époque m’a donné l’envie d’en jouer.  J’en ai joué pendant 9 ans pour ensuite embrayer sur le piano et enfin, le violon.

Il y a plusieurs choses qui ont fait que j’ai voulu jouer du violon. Premièrement, lorsque j’étais petite, mes parents me mettaient de la musique classique pour m’endormir. Deuxièmement une amie m’a fait découvrir l’artiste Lindsey Stirling qui mélange électro et violon. Pour finir j’aime particulièrement le son du violon.

Au final, la musique est pour moi une bulle qui me permet de me déconnecter de la vie de tous les jours. Lors de périodes difficiles, faire de la musique (c’est-à-dire aller à l’académie et retrouver les personnes qui participaient au cours)  m’a permis de surmonter ces difficultés.

Comment te motives-tu pour travailler sur le violon ? Rencontres-tu des difficultés en particulier ?

Au début, pour apprendre la musique, on nous donne ce qu’on appelle des études. Les morceaux les plus détestés par les élèves. Malgré ça, les études nous permettent de maîtriser notre instrument ainsi que la partition pour pouvoir être plus à notre aise avec des morceaux plus compliqués.

Pour me motiver, généralement je me fixe un but à atteindre à tout prix. Cela peut être tout simplement être capable de jouer sa partition sans problème. Pour moi, je voulais être fière et aimer ce que je jouais. Lorsque ce but est atteint, je ne peux pas m’empêcher de me fixer un but plus élevé.

Mon plus grand but qui me motivera toujours je pense, c’est de pouvoir jouer comme Lindsey Stirling et être capable de jouer les grands morceaux classiques qui me font rêver.

Es-tu parfois découragée par l’apprentissage ou t’est-il arrivé d’avoir envie d’abandonner ? Des gens ont-ils déjà cherché à te démotiver ?

J’ai déjà pensé à arrêter lorsque je jouais de la guitare, tout simplement parce que je me lassais des études qu’on me proposait. Mais je me suis accrochée avec l’espoir de pouvoir jouer autre chose.

Lorsque j’ai commencé mes études, j’ai mis la musique entre parenthèses car je ne savais pas encore comment ma nouvelle vie allait s’organiser. Heureusement, l’année d’après, j’ai pu reprendre des cours !

As-tu des mentors ? Des musiciens qui t’inspirent ?

Des mentors, non pas vraiment, sauf si on considère des profs comme mentors. 

Des musiciens et des groupes de musiques : il y a « Lindsey Stirling » que j’ai déjà citée, un groupe de 4 Violoncellistes, « Prague Cello Quartet »,  qui m’ont donné envie d’un jour jouer du violoncelle et un compositeur, « Hans Zimmer », qui m’a donner envie de jouer dans un orchestre.

Quel conseil donnerais-tu aux gens qui voudraient se mettre à la musique ou plus précisément au violon ?

Pour les plus jeunes, il ne faut pas avoir peur de se lancer et de s’accrocher : il y a des choses qu’on n’aimera pas, comme dans toute activité. A voir si on aime vraiment ce qu’on fait et si on se fixe un but dans la pratique.

Quel type de cours recommandes-tu ? Quel matériel ? Quelles habitudes d’apprentissage ?

Pour ma part je suis allée en académie et je me suis épanouie dans cette manière d’apprendre la musique. Pour les instruments, on préfère louer l’instrument à l’académie pendant quelques années, au cas où l’enfant veut arrêter en cour de route.
Par la suite, si la passion se confirme, on peut aller voir des magasins spécialisés où l’on pourra être conseillé au niveau des marques et des prix.

Personnellement, j’ai souhaité acquérir un violon il y a 3 ans. Connaissant l’instrument et ayant une petite idée de ce que je souhaitais, je suis allée voir un luthier. J’ai également demandé quelques conseils à mon professeur. Comme c’est un instrument qui nous accompagnera peut-être toute notre vie, il est important de tester l’instrument pour voir si le son, la forme et la taille nous conviennent. Après c’est selon, combien est-on prêt a mettre dans notre instrument ?

Penses-tu accorder encore plus de temps au violon à l’avenir ? As-tu des souhaits pour la suite ?

Oui pourquoi pas, tout dépend de mes autres activités. Pour l’avenir, j’aimerais commencer à jouer du violoncelle, mais ce sera toujours à voir avec mon emploi du temps.